Les BAOBABS (2015)

« Back to works

Les BAOBABS (2015).

Ici un travail complètement décoratif, réalisé via une technique photographique  complètement baroque, voir hérétique…
J’avais en mémoire deux choses: la  belle couleur ambrée des papiers photographiques quand ils sont longuement et directement exposés à la lumière, sans passer par le révélateur, mais aussi les somptueux papiers salés négatifs du 19 ième siècle ayant pour sujet les arbres. Une collection de fantômes lumineux sous un ciel noir.
Mais, où trouver ces arbres centenaires et exotiques sans quitter ma chaise ? Sur le web pardi ! Il me suffisait de sélectionner de belles images de baobabs puis, tout simplement, de photographier l’écran de mon ordinateur pour réaliser aisément ce fantasme de petites images négatives  et ambrées.
Je sais, c’est de la triche, je devrais en avoir honte, mais le problème est que je n’ai pas ce sentiment. Après tout, Gauguin, Bacon ou d’autres encore, copiaient bien des images de cartes postales ou de magazine ! Demeure  mon plaisir d’avoir enfin ma compilation de fantômes lumineux sous un ciel noir
Et puis pour les hurleurs au plagiat, je les invite à faire de même, juste pour qu’ils constatent  que ce mode de travail ce n’est pas aussi  simple qu’il paraît…

 Mosaïque de 9 éléments 18 x 18 cm. Épreuves au chlorobromure d’argent. Chromatisme ultérieur par  sur-insolation directe.

 

This is an entirely decorative work, achieved through a photographic technique which is completely baroque, if not heretical …
I had two things in mind : the beautiful reddish-brown colour of photographic papers when they are directly exposed to light at length,  without using a developer, but also the sumptuous negative salted papers of the 19th century, the subject of which was trees. A collection of luminous phantoms under a black sky. But where could I find these century-old exotic trees without leaving my seat ?
On the web of course ! All I had to do was choose some beautiful pictures of baobabs and then, quite simply, photograph my computer screen to easily achieve this phantasm of little amber-coloured negative pictures.
I know, it’s cheating, I should be ashamed, but the problem is I don’t feel it. After all Gauguin, Bacon and many others all copied pictures from postcards or magazines ! My pleasure remains, to have at last my own compilation of luminous phantoms under a black sky.
And for those who cry plagiary, I invite them to do the same, just to realize that this sort of work is not as simple as it appears …

Mosaic of 9 elements 18 x 18 cms. Silver chlorobromide prints. Ulterior chromatic aberration by over exposure to direct sunlight.