Les GUENILLES (2015)

« Back to works

Série Les GUENILLES  (2015).

A la suite logique de la série: Les Maximilliennes (1999), avec toujours cette fascination pour de vieux oripeaux qui me semblent porter, bien visible, la mémoire de la douleur de ceux qui les auraient un jour portés, j’ai utilisé l’extrême finesse photographique du monotype direct*  pour préserver intact les infinis détails qui composent la matière textile de vieilles chemises fripées. Un vague et douteux fantasme à référence historique m’a poussé à épingler sur ces vêtements usés des sortes d’étiquettes portant lettres et numéros, comme pour les plonger davantage dans l’univers sombre de quelques lieux d’enfermement et de souffrance.
Un jeu, évidemment, mais aussi un moment de trouble à croire réellement assister à la transmutation du trivial… à la relique.
Après tout, dessiner un dragon, n’est-ce pas un excellent remède pour ne plus craindre les dragons ?
*
voir Lexicon

7 éléments 100 x 80 cm. Monotypes négatifs directs. Épreuves au chlorobromure d’argent avec virage.

 

As a logical follow-up to the series “Les Maximilliennes” (1999), and still fascinated by old tawdry rags which to my mind seem to carry, very visibly, the memory of the pain borne by those who one day might have worn them, I used the extreme photographic sharpness of direct monotype* in order to preserve intact the infinite details of the material found in these ancient crumpled shirts.
A vague and doubtful mental representation of an historical reference prompted me to pin on these worn garments different sorts of labels, with letters and numbers, as if wanting to plunge even further into the dark universe of places of detention and suffering. A game of course, but also a troubling moment, believing in really assisting in the transmutation of the trivial … to the relic.
After all, isn’t drawing a dragon an excellent remedy for no longer fearing dragons ?
* See Lexicon

7 elements 100 x 80 cms. Direct negative monotypes. Silver chlorobromide prints with toning.