SIRIUS (2004)

« Back to works

SIRIUS (2004)

Il a suffi d’un rien : de l’existence d’une banale fenêtre campagnarde envahie de toiles d’araignées, d’une nuit d’hiver et d’une étoile aperçue au loin…
Il a suffi d’un rien et d’une nostalgie lourde. De ces nuits saturniennes où toutes vos interrogations vont vers ces points brillants qui ponctuent le Grand Livre du ciel.
Hélas, pour témoigner de ce genre de rêverie cosmique, l’appareil photographique est beaucoup trop matérialiste, voir un peu bébête. Si on le laisse faire, il risque fort de parasiter votre fenêtre idéale avec des perspectives inutiles, des reflets incongrus, des lumières stupides ou des étoiles invisibles.
Ne me restait donc plus qu’à démonter la fenêtre, la rebâtir au-dehors en rase campagne, ajuster l’appareil droit en face, peaufiner l’éclairage homogène, bricoler et positionner, loin derrière, ma petite ” étoile ” avec une ampoule de lampe de poche. Attendre la nuit et faire la photo…
Ici encore, on me reprochera mes explications techniques qui peuvent devenir des repoussoirs à la magie. Peu m’importe, je suis de ceux qui s’émerveillent de la puissance des outils. Ils sont les partenaires de mon spectacle et je les nomme chacun au baisser de rideau. Bien hypocrite est celui qui prétend qu’un clou entre tout seul dans une planche…

1 élément 120 x 100 cm. Épreuves au chlorobromure d’argent. Marouflé sur aluminium.


It started with a trifle: just a cobwebbed window in a country cottage, a winter night and a star …
A trifle, and the weight of memory, of those sullen nights when all your questions float upwards towards the glittering signs that form the great Book.
Alas, the camera is too clumsy, too stupid to be a reliable witness to this kind of cosmic reverie. If you leave it to its own devices there is a serious risk it will spoil your ideal window with useless perspectives, incongruous reflections, silly lights or invisible stars.
I had no choice therefore but to remove the window, re-erect it outside in open country, set the camera up in front of it, get the lighting even, fix and place my little “star” far behind it. I then waited for nightfall and took the photo…
Here too, I could be reproached for giving technical explanations that take away the magic of it all. I don’t mind, I’m one of those who still marvel at the power of tools. They are my stage partners and I name them all when the curtain drops.
Anyone who says the nail drove itself into the plank is a hypocrite…

 1 element 120 x 100 cm. Silver chlorobromide prints.